VAL FLEURI | AMENAGEMENT ET CONSTRUCTION D’UN QUARTIER DURABLE | DOLE (39)

 

Plan de masse du projet.\\LACIE-2BIG\Public\STUDIOMUSTARD\2-OPH-DOLE-VAL FLEURI\PLFaçades sur jardin.\\LACIE-2BIG\Public\STUDIOMUSTARD\2-OPH-DOLE-VAL FLEURI\PLFaçades sur rue.

\\LACIE-2BIG\Public\STUDIOMUSTARD\2-OPH-DOLE-VAL FLEURI\PL

Le nouveau quartier du Val-Fleuri se doit de créer des liens forts avec le tissu existant, de proposer un aménagement cohérent et exemplaire en termes de développement urbain durable et de qualité d’usages.

Le quartier du Val-Fleuri, propose une mixité entre les 25 logements locatifs, labellisés H&E, construits pas l’OPH de Dole et les 11 parcelles à bâtir proposées à l’accession. Les parcelles à bâtir seront construites de maisons individuelles ou individuelles jumelées, en continuité des maisons existantes. Les 25 logements locatifs se composent de 3 bâtiments de logements intermédiaires : ici, les maisons se superposent, s’accolent, jouant de la même typologie de pavillons ou d’habitat groupé, à la verticale. Cette typologie de « maison sur le toit » propose une alternative à la logique pavillonnaire, consommatrice de territoire et peu performante en matière de maîtrise des énergies.
En continuité des échelles et typologies en place, elle propose une variation sur la « maison », individuelle, jumelée, ou partagée en petits collectifs à l’échelle du quartier.

Le quartier du Val-Fleuri marque une intention de changement de mode de vie, tourné vers la convivialité et le respect de l’environnement. Les circulations douces, piétons, cycles, y ont la part belle et des espaces communs, paysagés y sont proposés : la prairie, le bassin d’orage s’inscrivant comme un jardin en creux, les cheminements piétons bordés de noues. Ces espaces collectifs s’inscrivent en continuité des jardins privatifs généreux des pavillons privés et des logements locatifs, ils jouent de la complémentarité entre intimité et convivialité. Durabilité écologique et sociale vont alors de pair.

Le parti d’aménagement proposé se veut très contextuel, il tient compte avec une extrême attention du potentiel de l’existant : vues, relief important du site, boisement existant, liaisons viaires et douces avec les quartiers environnants, tissu existant ; considérant les qualités et carences du site tels des leviers.

Share Post :