RESERVES D’ART CONTEMPORAIN DU FRAC BOURGOGNE ET DE LA VILLE DE DIJON (21)

MAÎTRISE D’OUVRAGE : FRAC Bourgogne

MOE : STUDIO MUSTARD + BETEB/BED – Entreprise Dijonnaise

SITE : NC

TYPE DE MISSION : Mission de conception réalisation avec ED

SURFACE : 1 900 m²

MONTANT : 1 272 600 € HT

DATE : Livré en Avril 2015

PERFORMANCE : Système low-tech, BBC

Plan général des réserves.

C:UsersIgnasiDesktopMartafracFRD-15 PLAN MASSE A4 (1

 

Vue du bâtiment depuis le parking.

réserves_FRAC_1

 

Vue intérieure avant emménagement du FRAC.

DSC00441b

 

Détail de trame du béton.

réserve_FRAC_8

 

Vue du chantier d’aménagement du parvis.

FRD-Image Chantier book

 

SM-FRAC-EXTASE SPATIALE-300dpi

Les réserves du FRAC BOURGOGNE – Fond Régional d’Art Contemporain – et du CONSORTIUM, centre d’Art privé, sont destinées à accueillir des collections d’œuvres d’Art, d’assurer leur parfaite conservation, mais également de permettre à l’équipe de travailler autour des œuvres : réception, classement, restauration, emballage et organisation du mouvement des œuvres vers des expositions nationales, internationales.

La demande du FRAC est claire, le bâtiment doit répondre aux normes usuelles en matière de conservation de collections patrimoniales contemporaines, à travers des systèmes « soft-tech », c’est à dire sans avoir recours à des systèmes trop consommateur d’énergie, ceci afin de limiter la charge d’exploitation du bâtiment.

Les œuvres étant initialement conservées dans des conditions difficiles, le FRAC exigeait que le chantier soit court et la livraison rapide.

Le bâtiment devra protéger les œuvres de la lumière, des UV, et assurer une grande stabilité hydrique et thermique des ambiances, afin d’assurer la pérennité d’œuvres réalisées sur des supports très divers : photos, peintures, matières minérales, plastiques, ou organiques extrêmement sensibles. En effet, si les œuvres peuvent supporter des conditions diverses, c’est finalement les UV ainsi que des changements trop rapides de température ou d’hygrométrie qui les détériorent. C’est donc la protection et l’inertie de l’enveloppe bâtie qui doit être optimum.

De cette recherche d’inertie maximum que réclame la conservation des œuvres, de la nécessité d’un chantier court, de la nécessité de sécuriser la collection, de la protéger de la lumière ont découlé le projet d’architecture et son mode constructif : un parallélépipède de BETON. Un monolithe, naturellement perméable, inerte, stable et protecteur. Une esthétique minimale, basée sur la beauté d’un matériau brut, minéral et pérenne.

Le bâtiment est  énigmatique et mystérieux. Tout de béton, sans fenêtres, il acquière une présence forte grâce à une alternance de panneaux prémur brut et lasuré, ainsi qu’au calepinage tramé des joints entre prémur.  Si la discrétion est nécessaire pour un tel programme, une présence forte de ces réserves est affirmée, à la hauteur du rôle qui leur incombe de conserver un patrimoine d’une rare valeur, de contenir une telle valeur.

Le bâtiment est constitué de panneaux BETON prémur isolé, d’une dalle béton quartz, et d’une charpente en bois lamellé collé, offrant de grandes portées, avec toiture en bac acier isolé. Ces matériaux offre une très bonne stabilité au feu, une très bonne étanchéité à l’air, ainsi que de faibles émanation de produits chimiques risquant de détériorer les œuvres. Ils permettent une mise en œuvre propre, rapide, et permettent de dégager un volume compact, efficient énergétiquement et extrêmement inerte.

Les espaces seront tempérés quasi naturellement, grâce à des dispositifs « soft-tech » : une ventilation double-flux en “free-cooling” assurent une ambiance stable en cas de changement brutal des conditions météorologiques extérieures et une maitrise des couts de fonctionnement du bâtiment. Seul un espace de réserves dites « sensibles », destiné à accueillir les œuvres les plus fragiles, sera climatisé en cas de besoin pour une parfaite stabilité hydrique et thermique.

Le projet offre un espace de réserves de 800m² tempéré entre 18 et 24°C, un espace de réserve sensible de 180 m² tempéré à 19°C (+-1°), ainsi que des espaces de Transit, Emballage, Atelier et Repos permettant de réceptionner les œuvres et de les mettre progressivement à la température des réserves.

Share Post :